Spontanéité, Un état d'esprit

De la spontanéité, dans l’attitude, dans la prise de vue, dans le rendu photo, nait l’émotion. Pas d’émotion possible sans spontanéité en photographie. La spontanéité en photographie, au-delà d’être un résultat, c’est avant tout un état d’esprit. L’attitude du photographe conditionne sa photographie. Spontanéité d’état d’esprit, attitude spontanée. De là découle l’utilisation quasi forcée du reportage, ou photoreportage.
En effet, la spontanéité, c’est d’abord un état d’esprit du photographe, le fait de vouloir préserver l’essence d’une situation, d’un évènement, d’une action. Une prise de vue spontanée permet de capturer l’instantané du temps qui passe, de figer le présent. Le photographe est porté par cette volonté là de saisir le réel dans ce qu’il a de vivace, de vivant, d’instantané.

les mariés descendent les escaliers de la mairie
sortie des mariés de la mairie après la cérémonie
Spontanéité et Vivacité

Tout l’enjeu est là, en effet. Préserver la vie du présent, la respiration du réel à travers une photographie. Le photographe se fait un chasseur d’image du temps qui passe. Son ambition est de capturer le présent, dans saisir la quintessence, c’est-à-dire la vie. Une photographie quelle qu’elle soit, un mariage, une grossesse, une naissance, un portrait, qui passe à côté de cette ambition, passe à côté de l’essentiel.
La vivacité d’une photographie, ce n’est rien d’autre que l’évidence de ce qu’elle contient de vivant. L’absence de vie d’une image, c’est l’absence de vivacité dans la prise de vue du photographe, et conséquemment l’absence de synchronisation de ce photographe avec le réel. C’est ce que Cartier-Bresson appelait « l’instant décisif ». Cet instant là, c’est peu de chose mais c’est l’essentiel, être au diapason du temps qui passe.

 

Spontanéité et Emotion

Une photographie sans émotion est une image qui trahit un décalage en matière de spontanéité, de vivacité. Personnellement, je suis convaincu de cela. Le photographe doit être intensément au diapason du réel pour être parfaitement synchronisé. C’est la condition pour être là au bon moment, au bon endroit. L’émotion d’une photographie nait de cette conjonction entre l’attitude du photographe et le temps qui passe. C’est essentiel.
L’émotion est le cœur d’une image. Une photo sans émotion est comme une image sans vie. Car c’est l’émotion qui donne de la vie à l’image à travers l’humanité qu’elle dégage. L’humanité, c’est avant tout de l’émotion, car l’être humain est un être sensible. On voit la responsabilité du photographe ! Faire des photos, ce n’est juste collecter des souvenirs. C’est surtout capturer la vie dans toute son expression. Une sacrée responsabilité !

le baiser des mariés à la mairie