PHOTOGRAPHES EN PERIL

Nous voilà donc à nouveau frappé lourdement par la COVID, en ce début de mois de novembre. Une « seconde vague » qui vient déferler avant les fêtes de Noël et qui nous promet des vacances de Noël plutôt… confinées ! Bref, les temps ne sont pas franchement à la fête et certainement pas pour nous autres petits photographes indépendants qui avions déjà bien souffert du premier confinement et de ses conséquences. L’esprit est meurtri mais le cœur y est toujours !

photo illustration article covid-19

De Nouveau Confinés

Depuis le 30 octobre, nous voilà donc à nouveau, photographe professionnel, devant l’interdiction à la fois de recevoir nos clients en studio, mais encore de nous rendre chez eux (ou ailleurs) pour réaliser des prestations photos, nos commerces étant considérés par les autorités politiques comme « non essentielles ».
On ne va se le cacher, cette seconde vague de la Covid va sans doute sonner pour beaucoup de petits entrepreneurs comme la vague de trop, notamment les photographes indépendants. Les conséquences du premier confinement de mars ayant déjà considérablement fragilisés le business convalescent de beaucoup d’entre nous.
Il y a plus de 400 ans, La Fontaine avait cette formule qui résume on ne peut mieux notre situation actuelle, à nous autres photographes : « Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés ». Il parlait de la peste. Les temps changent, mais la formule reste toujours aussi actuelle. Tout le monde est frappé…

Une Situation Inédite

Ce reconfinement Covid est d’autant plus frustrant que depuis le confinement du mois de mars, notre activité de photographie n’a jamais vraiment pu se relancer, compte tenu des conditions sanitaires strictes en vigueur. Beaucoup de nos prestations, notamment les mariages, ont été soit reportées, soit tout bonnement annulées. Ces temps-là ont été compliqués ! Nos clients ont eu les pires difficultés à trouver des solutions pour sauver leurs évènements, notamment leur fête de mariage. Il a fallu s’adapter, proposer des solutions, se réorganiser, tout replannifier.
Je crois que nous autres photographes de mariage avons fait preuve de beaucoup de flexibilité pour proposer des solutions à nos clients qui voulaient reporter leur mariage sur 2020 ou 2021 et à ceux qui voulaient réaliser une séance photos de famille, faire des photos de grossesse ou immortaliser la naissance de leur bébé. Un sacré bazar, mais au final on s’en est plutôt pas mal sorti !

Double Peine Covid

La double peine pour nous, c’est à la fois de ne pas pouvoir faire vivre notre activité de photographies comme nous le voudrions, mais c’est aussi de ne plus pouvoir prendre autant de plaisir à photographier des gens ! Car c’est bien au fond ce qui nous motive le plus, rencontrer des gens, vivre de beaux moments, faire des photos, collecter des souvenirs, faire plaisir à nos clients. Désormais, et pour combien de temps, ce grand plaisir nous est retiré par la Covid ! Et sortirons nous de ce purgatoire en état de pouvoir à nouveau travailler, faire des photos, rencontrer des gens, les photographier ? Rien n’est moins sûr car combien de temps encore durera cette situation sanitaire ? Beaucoup de photographes sont d’ores et déjà en sursit. Certes, l’état nous aide, c’est une bonne chose. Mais cette aide ne comblera pas la perte passée, actuelle et à venir. A nous donc de trouver des solutions pour traverser cette période difficile et en ressortir plein d’envie et d’énergie pour pouvoir à nouveau vivre de notre photo et rendre heureux tous nos clients.

En attendant des jours meilleurs

Pour ceux d’entre nous qui avions un business à la fois solide et avec un fond de sécurité financier, la tempête ne devrait pas nous mener au naufrage. Comme photographes, il faudra se serrer les coudes. En attendant des jours meilleurs ! Avec nos clients !